Pour maltraitance de sa « propre fille » : Un chef de famille placé sous mandat de dépôt

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Sans titre-1

Arrêté par la Brigade en charge de la protection de l’enfance et des mœurs, pour maltraitance de sa « propre fille », un chef de famille a été placé sous mandat de dépôt.
Les faits se sont déroulés en avril dernier à Kalanba-Coura, en commune V du district de Bamako. Commerçant de son état, Sidy S. vit en couple avec Mariam H.B depuis presque cinq (5) ans. De leur union naquit une fille. Ce jour d’avril 2022, le père S.S inflige, sur le
lit conjugal, un châtiment corporel à la petite fille âgée de 16 mois. Une scène horrible et insoutenable. Il frappe copieusement la petite fille oubliant que c’est un nourrisson. La scène est filmée par la mère qui assiste impuissamment à ce spectacle. Elle porte l’affaire devant une unité d’enquête de la gendarmerie nationale. Le dossier est réglé d’une autre manière. Entre temps, la vidéo de la scène où la pauvre fille est maltraitée par « son père » se retrouve sur les réseaux sociaux. Une fuite qui pousse la mère à dévoiler les faits.
Le 15 avril 2022, la dame M.H.B se rend à la Brigade en charge de la protection de l’enfance et des mœurs dirigée par la Commissaire divisionnaire Kadiatou dite Kady Tounkara. Elle apporte quelques éléments. Même si la vidéo avait fait le tour des réseaux sociaux suscitant ainsi une grande indignation au sein de l’opinion, la plaignante donne la pièce originale aux limiers de la Brigade des mœurs. Selon la jeune maman, le comportement de son mari s’explique par la jalousie. Car, ajoute-t-elle, son époux pense qu’il n'est pas le père biologique de l’enfant.

La Commissaire divisionnaire Kady Tounkara confie le dossier à la brigade de recherche et supervise l’enquête. Le chef BR, le commandant de police Aboubacar Sissoko et ses éléments prennent le dossier en main. Ils lancent la traque du nommé S.S, en se rendant à son domicile. Chaque jour de façon discrète, le commandant de police Aboubacar Sissoko et ses éléments montent la garde dans les alentours avec l’espoir de débusquer ce chef de famille. Même le jour de la fête, ils ont effectué des rondes dans le secteur, mais sans résultat. Malheureusement, il avait abandonné son domicile et avait disparu dans la nature. Si dans les trois premiers jours, son téléphone portable sonnait, mais il refusait de décrocher les appels inconnus, par la suite, il a mis ce numéro sur le
répondeur et est resté en contact avec ses proches.
Par l’intermédiaire de l’une de ses connaissances, le chef de la Brigade de recherche parvient à entrer en contact avec lui. Une longue discussion s’engage. Avec des techniques dont le commandant Kady Tounkara et ses éléments de la Brigade de
recherche sont les seuls à détenir le secret, ils convainquent le commerçant à venir livrer sa part de vérité pour finir avec cette affaire. C’est finalement le 26 octobre qu’il se présente devant les enquêteurs de la Brigade des mœurs. Interrogé, il n’a pas nié les faits. Il a mis en avant l’infidélité de son épouse et estime que l’enfant n’est pas de son sang. Le nommé Sidy S. explique qu’il s’énerve chaque fois qu’il voit la petite fille.
Présenté le 27 octobre devant le Procureur de la République près le Tribunal de grande instance de la Commune V du district de Bamako, il a été placé sous mandat de dépôt pour coups et blessures volontaires. Actuellement, il médite sur son sort à la Maison
centrale d’arrêt de Bamako-coura.
L’épouse a pris ses bagages pour rentrer chez ses parents. Selon des sources proches de l’enquête, elle conditionnerait le retrait de sa plainte à l’acceptation par son époux du principe du divorce.

Chiaka Doumbia

Source : Le Challenger

Sur le même sujet