ELEMENTS LINGUISTIQUES DU BERBERE SUD ET DU SONGHOY SEPTENTRIONAL: PERSPECTIVES HISTORIQUES EN AFRIQUE SUBSAHARIENNE POUR UNE APPROCHE EDUCATIVE BILINGUE

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
REVUE IPU

Alou AG AGOUZOUM

Institut de Pédagogie Universitaire (IPU) de Bamako / Mali, Fondateur et Directeur du Laboratoire, Langage-Pédagogie-Didactique-Société et Discours (LaPDSoDi) alonagagouzoum.ipu@yahoo.com

Abdoul Karim HAMADOU

Université des Lettres et des Sciences Humaines de Bamako (ULSHB) et membre associé du Laboratoire, Langage-Pédagogie-Didactique-Société et Discours (LaPDSoDi)

Mahamadou AG ABDOUSSALAM

Membre associé du Laboratoire Langage-Pédagogie-Discours-Société et Didactique (LaPDSoDi) de l’Institut de Pédagogie Universitaire (IPU)

Résumé

Cette étude adopte une approche contrastive et la méthodologie de la linguistique comparée pour analyser, sans prétendre à une description exhaustive, les particularités du touareg et de la tadaksabak dans la région de Ménaka au Mali. Les résultats mettent en lumière des similitudes morpho phonologiques dépassant les aspects socio-anthropologiques partagés par les Touaregs et les idaksahakan. L’hypothèse avancée suggère que parmi les dialectes songhoy, la tadaksahak subit l’influence la plus marquée du touareg. Une analyse des correspondances grammaticales et des cognats lexicaux, ainsi que l’établissement de listes de mots en touareg avec leurs équivalents en tadaksabak, contribuent à étayer cette hypothèse. La finalité de ce travail est de jeter les bases d’une education bilingue entre les langues parlées dans la région de Ménaka. Cette approche est novatrice, car le bilinguisme en milien scolaire est souvent perçu en Afrique et an Mali, en particulier entre le français et les langues nationales. Mots-clés: Linguistique comparée, berbère sud (BS), touareg, tadaksahak, songboy septentrional (55). Abstract This study adopts a contrastive approach and the methodology of comparative linguistics to analyze. without claiming to provide an exhaustive description, the peculiarities of Touareg and Tadaksahak in the Ménaka region of Mali. The results highlight morpho phonological similarities that go beyond the socio-anthropological aspects shared by the Tuaregs and Tadaksahak. The proposed bypothesis suggests that among the Songhoy dialects. Tadaksabak undergoes the most pronounced influence from Touareg. An analysis of grammatical correspondences and lexical cognates, along with the compilation of lists of words in Touareg and their equivalents in Tadaksahak, helps support this hypothesis. The purpose of this work is to lay the foundations for bilingual education among the spoken languages in the Ménaka region. This approach is innovative, as bilingualism in the educational context is often perceived in Africa and Mali, particularly between French and national languages Keywords: Comparative linguistics, Southern Berber (BS), Touareg. Tadaksahak, Northern Songhoy (SS)

Introduction

Pour garantir la clarté et la précision des concepts utilisés dans le cadre de cette étude, une terminologie cohérente est maintenue. Ainsi, le terme touareg est utilisé de manière interchangeable avec celui de tamasheq ou tamajaq pour désigner la langue, tandis que celui de Touareg est synonyme de Kal-tamasheq ou Kal-tamajaq, faisant référence au peuple locuteur. L’appellation “berbère sud (BS)” englobe tous les parlers touaregs. De manière similaire, la tadaksahak désigne la même réalité que le concept de “songhoy septentrional (SS)”, le terme adaksabak fait référence à l’homme ou l’individu locuteur, et “idaksahakan” représente le pluriel. En ce qui concerne le vocable “songboy”, il renvoie au groupe linguistique, tout comme celui de “berbère” désigne le groupe des langues berbères. Le parler du berbère sud pris ici comme la langue d’interface à la tadaksahak est la tawillimidt (le parler des Touaregs inwillimidan de Ménak). En se penchant sur le songboy septentrional, l’accent est mis sur la tadaksabak, une variante dialectale du songboy (Nicolaï, 1981: 302; Christiansen-Bolli, 2010a:35 7; 2010b 327) qui suscite un intérêt particulier. Ainsi, à travers une analyse des caractéristiques phonologiques, morphologiques et lexicales, l’étude identifie les spécificités qui définissent la tadaksabak par rapport au touareg et aux autres parlers songboy. Quant au berbère sud, la tawillimidt se présente comme une référence diachronique sur les origines des dialectes touaregs au sud du Sahara. Notamment à travers le prisme de la tawillimidt, considérée comme la protolangue (Ag Agouzoum, 2019:439), cette investigation offre la possibilité d’explorer les racines linguistiques communes ainsi que les évolutions lexicales ayant conduit à l’émergence des multiples variantes linguistiques dans la région. Si cette étude se limite à une comparaison entre le berbère Sud et le songboy du Sud, en excluant le songhoy du Nord, ses résultats ne peuvent pas démontrer suffisamment de similarités entre ces deux langues. Il est donc plus approprié d’envisager une piste de rapprochement entre le berbère Sud (touareg) et le songhoy du Nord (tadaksahak), qui partagent de nombreux éléments lexicaux et morphologiques. Lors de la consultation des locuteurs de la tadaksabak pour vérifier certains énoncés contenus dans le corpus étudié, il est important de noter qu’ils rejettent l’hypothèse selon laquelle la tadaksabak serait une variété dialectale du songhoy. En vue d’une perspective d’éducation bilingue basée sur les langues des apprenants, cela permet de contribuer à une meilleure compréhension des dynamiques linguistiques à l’école. Les travaux menés par Nicolai (1981: 302; 1984: 163; 1985: 41-60; 1990: 147-162), Tilmatine (1996 : 163-197), Christiansen-Bolli (2010a: 357; 2010b: 327), Souag (2015: 121-143), Taine-Cheikh (202: 329-340), Tilmatine (1996: 163-197) et Ag Abdoussalam (2021: 98) servent de cadre de références théoriques pour étayer cette recherche comparative. Le présent travail se structure en trois sections, débutant par une introduction qui rappelle le cadre conceptuel et théorique, suivie de la première partie qui fait une présentation du songhoy septentrional (la tadaksahak) et du berbère sud (le touareg). La seconde se concentre spécifiquement sur les caractéristiques linguistiques distinctives de ces deux parlers. Enfin, la conclusion résume les résultats majeurs et les implications de l’analyse, tout en offrant des perspectives pour les recherches futures dans le domaine de la diversité linguistique, en particulier en vue de faciliter la mise en place d’une éducation bilingue.

Conclusion

Les résultats confirment partiellement l’hypothèse initiale, suggérant une forte influence du touareg sur la tadaksahak parmi les langues songhoy. L’enquête sur le terrain et l’analyse des corpus révèlent une compréhension mutuelle limitée, renforçant les conclusions antérieures de Ag Abdoussalam (2021: 98). Cela indique l’existence d’une isoglosse grammaticale entre les dialectes et la présence d’un adstrat où la tadaksahak joue le rôle de superstrat tandis que le touareg est le substrat. En somme, la tadaksahak semble être le résultat d’une fusion linguistique. Ces résultats offrent aux enseignants la possibilité d’adapter leurs méthodes d’enseignement pour faciliter la compréhension et l’apprentissage des élèves. 43

Références bibliographies

Ag Abdoussalam Mahamadou, 2021, Pratiques langagières des étudiants idaksahak entre unité socioculturel et différences linguistiques. Mémoire de master, Université Badji Mokhtar-Annaba, Algérie.

Ag Agouzoum Alou, 2019, Eléments de description phonologique et morphologique du tamasheq, dialecte standard du Mali en vue de son utilisation à l’école dans un contexte bilingue. Thèse de Doctorat, INALCO, Paris, France. Ag Agouzoum Alou, 2019, Étude contrastive de quelques éléments morpho-phonologiques de deux dialectes du Tamasheq parlés dans le Cercle de Ménaka: la tawəlləmmədt et la tadabakart. Mémoire, ENSup, Bamako, Mali.

Aghali-Zakara Mohamed (1996), Eléments de morpho-syntaxe touarègue, Paris, Centres de recherches berbères.

Christiansen-Bolli Regula, (2010b), A grammar of Tadaksabak a Berberised Songhay Language (Mali), Cologne: Rüdiger Köppe Verlag.

Christiansen-Bolli Regula., 2010a, A grammar of Tadaksahak a northern Songhay language of Mali, Doctoral thesis, LEI Université de Leiden, Pays-Bas.

Gordon, Raymond (2005). « Ethnologue: Languages of the World >», http://www.ethnologue.com/15.3.24

Nait-Zerrad Kamal (2011), Mémento grammatical et orthographique du berbère, Kabyle-Chleuh-Rifain, Paris: Éditions L’Harmattan.

Naït-zerrad Kamal. (2001), «Esquisse d’une classification linguistique des parlers berbères ». AlAndalus Magreb 1(8-9), 389-412.

Nicolaï Robert (1981), Les dialectes du songbay (contribution à l’étude des changements linguistiques, Paris SELAF.

Nicolaï Robert (1990), «Songhay septentrional et touareg: contacts de langues et contacts de population», Proceedings of the Fifth International Hamito-semitic Congress 1987, vol. 1, Wien, 147-162.

Obenga Théophile (1992), «Le chamito-sémitique n’existe pas », Ankh, Nº 1, 51-58.

Savage André (2012), « Structure syllabique de la langue touarègue Nouvel éclairage sur les voyelles schwa et ‘a bref », Études et Documents Berbères, Nº 3, 1, 129-169. 44

Souag Lameen (2015), « Non-Tuareg Berber and the genesis of nomadic Northern Songhay », Journal of African Languages and Linguistics, Nº 36, 1, 121-143.

Taine-Cheikh Catherine (2021), «Les langues berbères méridionales et les relations Sud-Sud dans l’histoire », Etudes et Documents Berbères, N°45-46, 1-2, 329 – 340.

Tilmatine Mohamed (1996), <« Un Parler berbèro-Songhay du Sud- Ouest Algerien (Tabelbala): Éléments d’histoire et de linguistique », Études et documents berbères, N°14, 1, 163-1597.

Sur le même sujet