PACEM : onzième session du comité de pilotage du Projet d’Appui à la Compétitivité de l’Economie Malienne

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
d80ac609-a752-4d4e-90b5-4908ee4611c4

Le président du conseil d’administration du PACEM, Diakaridia Dembélé, conseil technique au ministère de l’économie et de finance a présidé ce mercredi 20 décembre 2023 dans la salle de conférence dudit ministère, la onzième session du comité de pilotage du Projet d’Appui à la Compétitivité de l’Economie Malienne (PACEM), financé par le groupe de la banque africaine de développement (BAD) et de l’Etat malien. La présente session vise spécifiquement entre autres, à valider le programme de travail et le budget annuel de janvier à décembre 2024.

« La tenue de cette présente session, s’inscrit dans le cadre du respect de la fréquence du mécanisme de suivi du projet comme défini dans les textes régissant ses organes de gestion et de pilotage », précise le président du conseil d’administration, Diakaridia Dembélé, conseil technique.

En effet, cette session permet également aux administrateurs d’assurer que les activités du projet s’exécutent ou se ralentissent correctement et conformément au planning prévisionnel validé lors de la dernière session mais aussi de prononcer sur les activités prévisionnelles à exécuter au cours de l’année 2024.

Faut-il rappeler que, le PACEM est financé sous forme de don par la Banque Africaine de Développement (BAD) à travers le Fonds Africain de Développement (FAD) pour un montant de dix (10) millions d’Unité de Compte (UC) soit environ 7 milliards six cent soixante-treize millions (7 673 000 000) de francs et une contribution d’un (1) million d’UC de l’Etat malien soit sept cent soixante-sept millions (767 000 000) de francs cfa.

Travers la mobilisation de ces montants, le PACEM doit réaliser son objectif global qui est de : « contribuer à stimuler une croissance économique forte, inclusive, durable et créative d’emplois à travers la mise en place des conditions permettant l’amélioration de la compétitivité de l’économie malienne et le développement du secteur privé ».

Dans le contexte actuel de l’évolution du projet, il apparait que malgré la prorogation de sa durée de deux (2) ans, certaines activités ne pourront pas être réalisées dans le délai convenu c’est-à-dire le 31 décembre 2024. Selon le conseil technique du ministère de l’économie et de finance, ceci s’explique par le fait qu’en un an, il est impossible de décaisser 78,56% du montant global du projet.  C’est pourquoi, à l’analyse du PTBA qui a été soumis aux administrateurs par le CEP, élaboré en collaboration avec les points focaux, selon M. Dembélé, il parait au moins un taux de décaissement 50% au 31 décembre 2024 amenant ainsi le taux global en fin 2024 à 71,34%, dit-il, dont la réalisation constituera une prouesse.

Ainsi, malgré cette forte probabilité de non réalisation des objectifs finaux du projet à savoir 100% du taux de décaissement au 31 décembre 2024, le président du conseil d’administration exhorte, les administrateurs en ce qui les concerne, au suivi régulier et rigoureux de ses activités planifiées dans le PTBA 2024.

Kossa Maïga

Source : handara.ml

Sur le même sujet