Le Zimbabwe adopte une nouvelle monnaie pour lutter contre l’hyperinflation

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
c9abbe60-c902-4fed-b94a-8ff6aed8fe31

Le Zimbabwe, plongé dans une grave crise économique depuis une vingtaine d’années, a annoncé vendredi adopter une nouvelle monnaie baptisée « ZiG » et remplaçant l’actuel dollar zimbabwéen, pour tenter de lutter contre l’hyperinflation et stabiliser l’économie du pays.

Le pays d’Afrique australe connaît l’un des taux d’inflation les plus élevés au monde, officiellement à 55% en mars après avoir atteint des taux à trois chiffres l’an dernier lors d’un dernier épisode d’hyperinflation qui avait ravivé de mauvais souvenirs.

En 2008, l’inflation hors de contrôle qui anéantit l’épargne et terrasse l’économie avait atteint un pourcentage de 500 milliards: les prix augmentaient si vite que les étiquettes dans les rayons des magasins devaient être changées plusieurs fois par jour.

« À compter d’aujourd’hui, les banques convertiront les soldes actuellement libellés en dollars zimbabwéens dans la nouvelle monnaie baptisée l’Or du Zimbabwe (Zimbabwe Gold), ZiG », a déclaré vendredi lors d’une conférence de presse le gouverneur de la Banque centrale John Mushayavanhu.

Cette mesure vise à favoriser « la simplicité, la confiance et la prévisibilité » financière du Zimbabwe, a-t-il ajouté en présentant les nouveaux billets colorés. Ornés de dessins représentant des lingots d’or et des rochers emblématiques du pays, les billets se déclinent en huit coupures allant de 1 à 200 ZiG.

Les Zimbabwéens disposent de 21 jours pour échanger l’ancienne monnaie.

La Banque centrale a également annoncé une baisse drastique de son taux d’intérêt de 130% à 20%.

La monnaie locale a perdu près de 100% de sa valeur par rapport au dollar américain au cours de l’année écoulée. Le dollar zimbabwéen s’échangeait vendredi à environ 30.000 pour un dollar américain, 40.000 sur le marché noir, selon l’observatoire Zim Price Check.

L’économie du pays est plombée depuis une vingtaine d’années, marquée par des pénuries d’argent et de nourriture. Et les quelque 16 millions de Zimbabwéens sont en proie à une pauvreté généralisée et un chômage élevé.

Source : African Manager

Sur le même sujet