Visite du Nouveau PCA de l’ASAM à l’Aéroport Du Mali : des problèmes récurrents liés à l’assistance technique repérée

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
IMG_20221128_145325_358

Depuis quelque temps, les problèmes des bagages sont récurrents à l’aéroport Bamako.  Le nouveau président du conseil d’administration de l’Assistance Aéroportuaire du Mali (ASAM) récemment nommé, Jean Claude Sidibé, a effectué une visité à l’aéroport avec les personnels du conseil d’administration, le directeur de l’aéroport et le directeur de l’ASAM.

Asam étant le premier partenaire de l’aéroport, le nouveau PCA nommé s’est déplacés avec l’ensemble du conseil d’administration de l’ASAM-Mali pour venir voir là où se trouve le problème d’étranglement et trouver des solutions idoines.

« Nous sommes là avec le directeur de l’aéroport, le directeur de l’Asam et les administrateurs de l’Asam pour voir tout ce qui se passe comme problèmes et voir les investissements qu’on doit faire soit par Asam soit par l’Aéroport du Mali », précise Jean Claude Sidibé, PCA ASAM.

Au cours de cette visite, il ressort que, les problèmes récurrents sont des problèmes techniques, des problèmes liés à la conception de l’aérogare II. Pour le nouveau PCA, ce qu’il peut faire, c’est de relire l’aérogare I à l’aérogare II, dit-il, ce qui va immuniser le problème de bagage.

Selon le directeur de Général de l’Assistance Aéroportuaire du Mali (ASAM), Maley Danfaga : « Il se trouve que depuis un certains temps, il y a des problèmes de tant de livraison des bagages au niveau de l’aéroport de Bamako qui est lié à l’utilisation d’un mode dégradé depuis deux ans. Dû à la non fonctionnalité de certains équipements », dénonce-t-il. Et d’ajouter qu’ils essayent tant bien que mal, l’ASAM et la direction de l’aéroport du Mali de conjuguais leurs efforts pour juguler ces problèmes.

Ainsi, pour le directeur de l’ASAM, la solution c’est l’utilisation du terminal de l’arrivée B qui a été construite à l’époque pour la canne 2002, ça à permettra d’avoir cinq box supplémentaires, un troisième tapis beaucoup plus long que le deux tapis qu’ils ont. Pour lui, le PCA peut utiliser son influence pour accélérer le processus pour le bien-être de tous les usagers.

Kossa Maïga

Handara

Sur le même sujet