Le Ministre des mines et de l’eau dans les viseurs des syndicats : SYNACOM menace de déposer un préavis de grève

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
IMG_20230504_105252_834

Le syndicat national de la construction civile des mines et de l’hydraulique (SYNACOM) a organisé ce jeudi 04 mai 2023 à la Bourse de travail pour interpeler le ministre des mines et de l’eau, Seydou Lamine Traoré par rapport au licenciement des 80 miniers en plus de douze syndicalistes.

« L’objectif de ce point de presse est de porter à la connaissance de l’opinion nationale et internationale les difficultés que nous avons avec notre ministère de tutelle », précise Karim Fomba, secrétaire général SYNACOM. Et d’ajouter qu’ils ont des difficultés réelles d’accès à leur interlocuteur qui est le ministre des mines. « Nous avons des préoccupations qu’on lui avait exposées mais ces préoccupations ne sont pas en train d’être traités », dénonce le syndicaliste Fomba.

Effet, ces syndicalistes veulent rencontrer le ministre des mines et de l’énergie, Seydou Lamine Traore mais sans succès pour qu’ils puissent échanger des idées voir, comment est-ce qu’ils peuvent évoluer dans ces préoccupations ? « La synacom menace  des brandir leur dernière arme, un mot d’ordre », lance M. Fomba. Pour rappel, le synacom c’est le syndicat national qui regroupe le secteur de l’eau de l’énergie, des mines et en suite de la construction civile. C’est le secteur clé de la vie de l’Etat du Mali qui s’est regroupé au sein du même syndicat.

« Nous attendons du ministre qu’il s’implique parce que la loi à ce niveau est assez clair, lorsqu’il y a licenciement pour motif économique on ne peut pas recruter dans les mêmes postes jusqu’à deux ans. Il se trouve qu’une année après il y a une centaine de recrutement des gens qui ont quitté les mêmes postes. A ce niveau, ça n’a pas été compris et je pense que le ministre peut vraiment s’impliquer et trouver un dénouement heureux à cette situation », explique le secrétaire général adjoint du syndicat livre de la somagep, Boubacar Koné.

Faut-il souligner que le cas de SIAMA c’est une situation qui est présent depuis 2020. « C’est des travailleurs qui ont été licenciés sur du faux. Parmi ce 85 Chef de familles il y a 12 syndicalistes. Maintenant on a inventé un motif économique qui n’a jamais été justifié pour les licencier », conteste le secrétaire général du SYNACOM. Il avance que, l’UNTM avait mis la situation dans son préavis de grève du février 2021 et dans la conciliation, il était convenu de procéder au rappel de ces camarades dans le protocole qui avait été signé par la centrale syndicale de l’untm, l’Etat du Mali et le patronat. Malgré selon lui, Jusqu’à présent ils n’ont pas été rappelés.

Selon le Secrétaire général adjoint du syndicat livre de la somagep, il y a certes d’autres revendications mais le plus grand objectif c’est l’interpellation du ministre des mines et de l’eau par rapport à ce licenciement.

Ainsi, ces syndicalistes veulent qu’il y ait un dialogue franc entre le synacom et le ministre des mines pour que les différentes revendications des syndicats puissent être traitées pour éviter d’aller dans des mouvements des grèves.

KM

Source : handara

Sur le même sujet