Dialogue Inter-Maliens : la phase District de Bamako recommande une durée de prolongation de 12 à 36 mois !

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
18a5bde9-e6c3-4669-bed3-a068d7e36777

Comme prévu, la synthèse des travaux de la phase régionale du dialogue inter-maliens pour le district de Bamako ont pris fin hier lundi 22 avril 2024 au palais de la culture. Au cours de ses trois jours des travaux, les participants ont épluchés les cinq thématiques pour finir par des recommandations fortes,  notamment en ce qui concerne la durée de la transition.

« Nous sommes témoignes puisque nous étions là hier, et nous avons visité l’ensemble des groupe thématiques. Nous avons trouvé un engouement citoyen, un intérêt citoyen, un engagement citoyen et républicain, une envie de s’exprimer. Vous vous êtes exprimé et débattu, vous avez critiqué dans la franchise dans la loyauté, dans la justice et dans la paix », précise le président du dialogue inter-maliens aux participants, Ousmane Issoufou Maïga. C’est pourquoi, selon lui, toute son équipe est très heureux d’être à leur côté d’être le premier à écouter leurs résolutions pertinentes et leurs recommandations.

En ce qui concerne le thématique II, les participants ont recommandé d’une part, de réduire le nombre de partis politiques à cinq (05) partis, d’autre part, il s’agit de prolonger la transition jusqu’aux élections prochaines soit une durée de (12 à 36 mois) ; Renouer le dialogue avec la classe politique. Aussi, sollicite de réviser la charte des partis politiques.

Par ailleurs, sur la thématique IV, les recommandations sont : Élever les 5 colonels aux rangs de général ; Encourager la poursuite des opérations de sécurisation et de stabilisation du pays ; Dissoudre les milices et groupes d’auto défenses et assurer leurs réinsertions aux seins des forces armées et de sécurité ou dans d’autres secteurs.

Ainsi, au niveau de la thématique V, deux recommandations ont été formulées. Il s’agit de Appropriation des outils pour un partenariat stratégique gagnant-gagnant ; continuer les partenariats stratégiques et bilatéraux avec les pays conformément aux trois (03) principes qui gouvernent l’action publique : Le respect de la souveraineté du Mali, Le respect des choix stratégiques et des partenaires opérés par le Mali ; La Défense des intérêts vitaux du peuple malien dans les prises de décisions. Proposer aux pays de l’AES d’aller dans leur partenariat au-delà des questions sécuritaires, notamment dans le domaine de l’éducation.

Kossa Maïga

Sur le même sujet