111ème session du CIT à Genève : Le MTFPDS fait entendre la voix du Mali

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
IMG-20230607-WA0029

À Genève (Suisse) où a débuté le lundi 05 juin 2023, ce jusqu’au 16 juin prochain, la 111ème session de la Conférence Internationale du Travail (OIT) en présence des délégués issus de 187 États membres, le Mali, par la voix du Ministre du Travail, de la Fonction Publique et Dialogue Social, Madame DIAWARA Aoua Paul DIALLO, se fait hautement entendre.

« Sans justice sociale, les relations professionnelles prendront un coup certain. Lorsque nous avons adopté la Déclaration du centenaire sur l’avenir du travail, en 2019, l’objectif essentiel est de faire progresser la justice sociale, fondée sur l’équité et l’égalité des droits », ainsi s’exprimait la ministre malienne lors des échanges autour du rapport « Faire progresser la justice sociale ».

Ce panel de haut niveau, qui a enregistré la présence du Directeur Général du BIT (Bureau International du Travail), Monsieur Gilbert Houngbo, a servi de tribune au Ministre du Travail, de la Fonction Publique et Dialogue Social de notre pays, d’indiquer que le Président de la Transition, chef de l’Etat, son excellence le Colonel Assimi GOITA a placé la transition sous le signe de la Refondation de l’Etat.

Ainsi, dira-t-elle, les Assises nationales de la Refondation ont été organisées fin décembre 2021 et le cadre d’évaluation des recommandations prioritaires mis en place a déposé son premier rapport, le 08 mai 2023.

Pour renforcer le dialogue social, a poursuivi Madame DIAWARA Aoua Paul DIALLO, la conférence sociale dans le domaine du travail a été organisée, du 17 au 22 octobre 2022, avec 139 Recommandations parmi lesquelles figurent en bonne place la question de l’organisation des élections de représentativité, la création du Conseil national du Dialogue social et l’adoption d’un Pacte de stabilité sociale et de croissance. « Un projet de Pacte a déjà été élaboré par une commission d’experts tripartite avec un plan d’action de mise en œuvre 2023-2027 », soulignera-t-elle.

Dans le cadre de la protection des travailleurs, selon le Ministre, le Gouvernement a adopté la loi n°2018-074 du 31 décembre 2018 portant institution du Régime d’Assurance Maladie Universelle (RAMU).

« Nous sommes engagés à la mise en œuvre en 2023 du RAMU qui permettra d’assurer progressivement la couverture du risque maladie de toute la population pour plus de justice sociale », a-t-elle précisé, ajoutant que le taux actuel de la couverture du risque maladie est de 22% sur une population estimée à 21 697 000 personnes.

Le défi important reste, selon elle, la couverture de la frange importante de la population (78 %) travaillant dans le secteur agricole et informel et comment assurer la transition de l’économie informelle vers celle formelle.

Rappelons que le Mali est fortement représenté à Genève à ce 111ème Session du CIT avec des délégués du gouvernement, les employeurs et les syndicats, une rencontre en marge de laquelle se tiendra ce vendredi 09 juin 2023 la 34ème session ordinaire du Conseil des Ministres de la Conférence Interafricaine de Prévoyance Sociale (CIPRES).

La Ministre malienne de la Santé et du Développement Sociale, Madame Diéminatou SANGARE, accompagnée par les Conseillers Techniques en charge des questions financières et juridiques, prendra part à cette session. L’on note, en outre la présence Directeurs généraux des Organismes de Protection Sociale (OPS) du Mali à savoir la CANAM, la CMSS, l’INPS, l’ANAM, mais aussi du Directeur National de la Protection Sociale et de l’Economie Solidaire, le Point Focal CIPRES/RAMU du Département et Conseillers Techniques/points focaux de la CIPRES au niveau des OPS.

A souligner que les Etats Membres de l’OIT (Organisation International du Travail) se réunissent à la Conférence Internationale du Travail (CIT) qui se tient chaque année à Genève (Suisse), au mois de juin. Chaque Etat Membre est représenté par une délégation composée de délégués gouvernementaux, d’employeurs et de travailleurs.

Ibrahim GUINDO

Correspondance particulière

Sur le même sujet